COMPRENDRE LE POUVOIR

     « Trois choses font un bon maître : le savoir, le pouvoir et le vouloir. » 

    Proverbe allemand

    Travailler avec les hommes n’a jamais été une chose facile et pourtant elle peut devenir très simple lorsque l’on comprend les mécanismes du pouvoir.

    Il s’agit véritablement d’un aspect incontournable de la vie en société. Le pouvoir et le fait de travailler ensemble sont inhérents au développement de nos sociétés modernes.

    Les intervenants lorsque l’on travaille avec les autres sont nombreux :

    • Les clients
    • Les employés
    • Les partenaires
    • Le fournisseur
    • Les entreprises
    • Les associés
    • Etc.

    Il s’agit à chaque fois d’individus ou de groupes d’individus ayant chacun des motivations et des désirs propres.

    Comprendre le fonctionnement du travail collectif ainsi que le pouvoir qui sous-tend les relations entre les êtres humains est primordial. Il est dans l’intérêt de chacun de comprendre comment penser, agir, grandir et réussir afin d’atteindre ses objectifs personnels avec les autres et grâce à eux.

    En bref c’est être capable de créer des relations gagnant-gagnant.

    Dans cet article je pourrais vous parler de bien des choses notamment en ce qui concerne la communication, le respect, la confiance, le fait de connaître les limites, les pièges des relations et des échanges ou encore la manière de diriger et de mener une équipe vers la réussite.

    Comprendre le pouvoir

    Mettre en place des rapports gagnants pour tous

    Il est pourtant une donnée essentielle que tous les leaders se doivent de connaître pour mener des personnes et des objectifs à la réussite : la gestion du pouvoir.

    Les relations humaines et le pouvoir

    Depuis la nuit des temps, les relations humaines sont basées sur une donnée essentielle : la lutte pour le pouvoir.

    On peut le définir comme la capacité qu’a un individu à influencer les actions d’autrui.

    Il est vrai que l’on ne peut pas contrôler les autres car personne n’a accès au fonctionnement interne d’un individu.

    Nous n’avons aucune capacité à commander les actions qu’une personne réalisera.

    Cependant, nous pouvons tout mettre en œuvre pour encourager une personne ou un groupe de personnes à faire et réaliser ce que nous voulons qu’elle fasse.

    Abraham Lincoln disait : « La force triomphe de tout, mais ses victoires sont de courte durée. Tous les hommes, ou presque, peuvent faire face à l’adversité, mais si vous voulez tester le caractère d’un homme, confiez-lui le pouvoir. »

    Il faut comprendre la situation d’Abraham Lincoln comme suit : le pouvoir se compose de deux formes fondamentales : l’influence et la contrainte.

    1. L’influence et le pouvoir

    C’est la capacité qu’un individu aura à pousser un autre à faire ou réaliser ce que nous lui suggérons.

    La notion d’influence comprend plusieurs parties :

    Il peut s’agir de phénomène de persuasion, c’est-à-dire qu’une personne convaincra une autre de la vérité d’une proposition ou encore essaiera d’adopter le comportement d’une troisième.

    Il peut également s’agir de phénomène d’imitation ou de mimétisme.

    Dans ce sens, on dira qu’une personne est sous l’influence d’une autre parce qu’elle l’admire et qu’elle désire tout simplement l’imiter, gagner sa reconnaissance ou encore partager sa gloire et son prestige.

    L’influence – bien qu’elle puisse venir d’une seule personne – est souvent celle d’un groupe. On prendra à témoin la mode vestimentaire qui en est un parfait exemple.

    Il est également important de remarquer que l’influence s’exerce par des réseaux ou un ensemble de relations humaines qui agissent dans le même sens et vont même parfois jusqu’à échanger des informations précieuses entre eux comme du business, des relations, des services ou des recommandations.

    On peut citer à ce niveau un groupe d’entrepreneurs comme le Business Network International (BNI).

    C’est ainsi que les processus de pouvoir sont bien évidemment à la base du management et du leadership en tant que capacité d’obtenir des autres ce que vous voulez qu’ils fassent pour vous sans pour autant utiliser de sanctions ou de promesses.

    Un bon leadership se verra souvent décuplé par des personnes charismatiques ayant des qualités que l’on prête à un chef capable de regrouper un ensemble de personnes.

    2. La contrainte et le pouvoir

    Elle se limite à la capacité qu’un individu aura à obliger un autre individu ou un groupe d’individus à faire ce que nous lui ordonnons de faire.

    La contrainte peut être autant physique que morale.

    Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’expliquer ce qu’est une contrainte physique. Chacun aura à l’esprit la violence physique que l’on peut exercer sur un individu.

    En ce qui concerne la contrainte morale, Il faut s’en référer aux travaux de Robert Dilts sur la double contrainte pour comprendre véritablement les tenants et aboutissants ainsi que les effets d’une contrainte sur un individu.

    Quand Robert Dilts parle de « double contraintes« , Il parle d’un conflit qui engendre une situation non gagnante pour chaque parti.

    C’est-à-dire une situation dans laquelle vous êtes perdant si vous le faites mais également si vous ne faites pas ce qu’il faut.

    Je vous suggère l’article suivant intitulé la double contrainte pour en connaître davantage : La Double Contrainte

    Prenons un exemple sur le pouvoir par influence et par contrainte

    Dans le cas où vous avez des employés, il peut s’agir d’encourager votre équipe afin qu’elle fasse un effort supplémentaire car votre entreprise fait face à une demande de travail supplémentaire et vous voulez que ce soit bien fait. Il s’agit de l’influence.

    A contrario, si vous obligez toute votre équipe à rester travailler tous les jours plus longtemps – et même à venir travailler le week-end – en les menaçant d’avertissement ou bien de renvoi pur et simple, il s’agit de contrainte.

    Dans les deux cas, vous obtiendrez des résultats somme tout identiques. Cependant la manière dont vos employés vous percevront vous et votre entreprise sera totalement différente.

    Le pouvoir de l’influence et la contrainte

    De manière générale, tous les leaders vous le diront, l’influence est beaucoup plus efficace que la contrainte.

    En effet, les individus ont tendance à résister de manière naturelle à la contrainte.

    De cette manière, faire appel à de la coercition pour les pousser à passer à l’action dans le sens que l’on désire de manière systématique est une mauvaise stratégie à court terme comme à long terme.

    Contraindre les individus ne mène qu’à une chose : une volonté de quitter dès que possible le groupe, l’organisation ou l’entreprise dans laquelle ils se trouvent tellement leur ressentiment devient important.

    De manière exacerbée, vous poussez les individus vers un sentiment de vengeance envers leur bourreau.

    Comprendre le pouvoir

    Utiliser la violence pour parvenir à ses fins

    Utiliser une stratégie d’influence fait appel au sens, à la responsabilité et au volontarisme des individus.

    De fait, c’est l’individu qui fait le choix d’avancer dans le sens que vous lui demandez et il vous apportera plus facilement les résultats que vous souhaitez atteindre sans que vous ayez à forcer ou à susciter une quelconque rancune à votre égard.

    Que vous soyez d’accord ou non n’y changera rien, tout individu sur terre fait usage du pouvoir pour obtenir ce qu’il désire.

    De plus, une fois qu’on a compris ce mode de fonctionnement, on ne désirera jamais moins de pouvoir mais toujours davantage.

    Le pouvoir dans la société moderne

    Aujourd’hui, il est parfois malsain voire dangereux d’afficher des ambitions ou tout simplement de désirer plus de pouvoir.

    Cependant, nos normes de société sont faites de manière à ce que chacun trouvera la justesse pour se montrer décent, sympathique, subtile ou pour le moins habile mais ne montrera surtout pas qu’il recherche envers et contre tous le pouvoir.

    Il faut s’en référencer à Robert Greene qui a passé sa vie à étudier les relations de pouvoir des gens puissants.

    Courir après le pouvoir, un trait de caractère humain

    Personne ne peut se passer totalement de relations avec les autres.

    Nous vivons aujourd’hui dans un monde où les humains sont dépendants des interactions entre eux.

    Ce simple fait implique des rapports de pouvoir à tous niveaux.

    Considérer le pouvoir comme quelque chose de négatif est une erreur.

    En effet, le pouvoir est totalement neutre. C’est son utilisation positive ou négative qui déterminera s’il est bien perçu ou non.

    Il représente bien entendu notre faculté à obtenir des choses au travers des autres.

    On ajoutera à cela qu’au plus on a de pouvoir, au plus on parviendra à mettre des choses en place pour atteindre rapidement les objectifs recherchés.

    Les 48 lois pour développer le pouvoir

    Je m’en réfère aux livres de Robert Green intitulé Powers : les 48 lois du pouvoir.

    Au travers une analyse historique approfondie, l’auteur nous fait un examen de l’utilisation du pouvoir par des grandes figures historiques.

    Il nous présente notamment les différentes stratégies que ceux-ci ont mis en place afin d’atteindre les sommets du pouvoir.

    Comprendre le pouvoir

    Le capitole de Whashington, symbole de pouvoir

    C’est ainsi que Robert Greene recherche constamment les origines profondes du pouvoir dans les relations humaines ainsi qu’à toutes les époques.

    Il applique notamment ses recherches à de nombreux domaines comme la stratégie militaire, les hommes politiques, les courtisans, les escrocs, les séducteurs, les vendeurs, etc.

    L’utilisation des lois du pouvoir

    Toutes ces lois trouvent évidemment des applications dans la vie quotidienne.

    En effet, il faut voir le monde comme un immense jeu où les pions sont les Hommes et où les intrigues se trament pour mener à toujours plus de pouvoir.

    Il s’agit pratiquement d’une saga Game of Thrones avant l’heure.

    Comprendre, apprendre et utiliser les jeux de pouvoirs exigent de changer la perception que l’on peut avoir sur le monde et ses individus.

    C’est à la fois une remise en question et un profond apprentissage qui nous amène à grandir et réussir.

    Il s’agit plus principalement d’un livre que je classerai dans mon top 30.

    En effet, au-delà de la lecture pure et simple, il peut également s’agir d’un manuel dans lequel vous plongerez à plusieurs reprises en fonction des situations que vous rencontrerez dans votre vie.

    Inutile de vous dire que je vous recommande la lecture de ce livre et pour vous en faciliter la compréhension, je vous propose un résumé de ses 48 lois que je me suis permis d’actualiser un tant soit peu :

    Loi 1 : ne jamais surpasser le maître

    Tout ceux se trouvant au-dessus de vous et contribuant à votre apprentissage doivent constamment se sentir largement supérieur.

    Vous pourriez avoir le désir de les impressionner et pourtant il n’est pas conseillé de faire trop étalage de vos talents.

    En effet, ils pourraient se sentir déstabilisés et attaqués, et vous aurez alors l’effet inverse à celui recherché.

    Faites toujours en sorte que votre maître apparaisse toujours plus brillant qu’il ne l’est et vous atteindrez les sommets du pouvoir.

    J’ajouterai que c’est une manière reconnaissante de mettre constamment en valeur celui/celle/ceux qui vous a/ont aidé à grandir et réussir.

    Loi 2 : Méfiez-vous de vos amis et utilisez vos ennemis

    C’est une des lois les plus fortes du livre de Robert Greene. Il nous met fortement en garde contre nos amis qui ne manqueront pas de nous trahir suite à certaines relations de pouvoir et de trahison.

    Il nous conseille de nous tourner vers d’anciens ennemis que l’on engagera à travailler pour nous car ils seront plus loyaux.

    En effet, l’auteur part du postulat qu’un ancien ennemi serait dans l’obligation de faire ses preuves s’il veut rester auprès de vous.

    J’ajouterai que l’on a beaucoup plus à craindre de nos amis proches car ils nous connaissent parfaitement.

    Dans le cas où nous n’avons pas d’ennemis, il suggère de nous en faire.

    Loi 3 : Dissimulez toujours vos intentions

    Veillez à toujours maintenir votre entourage dans une certaine incertitude en ne dévoilant jamais complètement ce que vous cherchez à réaliser dans vos actions.

    En agissant de la sorte, vous gardez constamment un effet de surprise et personne ne pourra préparer une défense convenable à vos attaques.

    En plus de dissimuler vos intentions, guidez les personnes de votre entourage dans une autre direction en maintenant constamment une incertitude afin qu’au moment où ils découvriront vos objectifs réels, il sera tout simplement trop tard.

    Loi 4 : Cantonnez-vous à dire moins que nécessaire

    Cela n’est pas nouveau, les personnes qui ont tendance à trop communiquer finissent par perdre en crédibilité.

    Maintenez toujours des paroles qui resteront originales par leur côté vague et énigmatique.

    Les personnes ayant beaucoup de pouvoirs sont celles qui écoutent le plus et capables d’impressionner ou d’intimider en parlant très peu.

    Comprendre le pouvoir

    Le pouvoir de la parole

    Au plus vous dites de choses, au plus vous prenez le risque d’être remis en question ou même de dire de fausses vérités.

    Cette quatrième loi peut se résumer en : soyez le moins loquace possible.

    Loi 5 : Veillez à toujours protéger votre réputation

    Prendre soin de votre réputation est primordial.

    Il s’agit d’une des bases incontournables du pouvoir. La réputation vous permettra d’impressionner et de gagner en toute circonstance.

    Cependant, si celle-ci se trouve remise en question ou entachée vous devenez vulnérable et l’on vous attaquera sans relâche.

    Il s’agit également d’une arme incontournable dans les jeux de pouvoirs.

    Vous devez constamment faire en sorte que votre réputation personnelle soit impeccable.

    Garder à l’esprit de toujours déjouer les attaques vous concernant.

    Et par le même temps, vous apprendrez à détruire vos ennemis en les attaquants sur leur réputation.

    Pas besoin de grands combats de capes et d’épées ; ouvrez juste une petite brèche puis taisez-vous et ensuite laisser agir puis attaquer la meute.

    Loi 6 : Forcez-vous à attirer l’attention

    Les gens qui vous entourent, et notre société en particulier, jugent tout sur l’apparence.

    Faut-il rappeler le développement de Facebook, ou encore celui phénoménale d’Instagram.

    Pour les gens, ce qui n’est pas visible directement n’existe tout simplement pas et ne rentre pas en ligne de compte pour le développement de votre pouvoir.

    Démarquez-vous constamment des foules et ne vous faites jamais oublier de personnes.

    Que l’on pense de vous que vous êtes constamment le point de rassemblement.

    Soyez toujours plus grand, plus brillant et en même temps plus mystérieux que la masse des gens ternes, insipides, insolents et cupides.

    Pour cette loi, une des premières choses à mettre en place est de soigner votre élégance et votre présentation auprès des autres.

    Il existera toujours quelque chose pour faire la différence et vous permettant de vous démarquer de la masse.

    Loi 7 : Recueillez le laurier du travail que les autres accomplissent

    Utiliser au maximum vos capacités mentales et ayez la sagesse de faire travailler les autres pour faire avancer vos objectifs.

    Il est certain que vous arriverez plus vite à réaliser ce que vous souhaitez faire, de plus, vous vous épargnerez une énergie considérable et un temps tout aussi important.

    On vous percevra comme quelqu’un ayant une productivité maximale et capable de déléguer son travail pour avancer.

    C’est ainsi que les puissants ont écrit leur nom dans les pages de l’histoire. Ce ne sont pas de leurs collaborateurs que l’on se souvient mais de ce qu’ils ont réalisé pour les autres.

    En bref, ne perdez jamais de temps et d’énergie à faire ce que quelqu’un d’autre peut faire pour vous.

    Loi 8 : Obliger l’adversaire à se battre sur votre propre terrain

    Lorsque vous forcez une personne à agir, vous devenez maître de la situation.

    Il est toujours préjudiciable d’amener un adversaire à vous en le faisant abandonner ses plans initiaux.

    Ayez la liberté d’esprit de le faire venir à vous en lui présentant tout ce qu’il pourrait gagner puis passer directement à l’attaque.

    Il fera alors parti de votre propre cour et c’est vous qui aurez toutes les cartes en main pour réussir.

    Loi 9 : Remportez la victoire par des actes et non par des discours

    Obtenir un triomphe en haussant le ton de la voix n’est qu’une fausse victoire.

    Vous développerez le ressentiment et la rancœur des autres car vous aurez forcé vos interlocuteurs.

    Il s’agit, comme nous l’avons vu plus haut, d’influencer et pas de contraindre.

    Le pouvoir acquis en obtenant des accords sur la base d’action est bien plus grand et plus fort que le pouvoir que l’on a assis sur des mots.

    Ce principe s’applique très souvent avec les enfants qui miment ce que vous faites et non pas ce que vous dites. Veiller à toujours montrer l’exemple.

    Loi 10 : Fuyez la contagion de la malchance et du malheur

    Fuyez constamment les états d’âme négatifs des personnes qui vous entourent. Mourir du malheur des autres en est l’une des pires conséquences possibles.

    Vous ne me croyez pas ? Et pourtant, combien de fois avez-vous entendu qu’une telle personne est venu au secours d’une autre qui se noyait en y laissant sa propre vie.

    Je prends pour exemple ce fait d’hiver récent :

    Un jeune homme de 20 ans s’est arrêté sur l’autoroute pour venir en aide à un couple de personnes âgés qui avait un pneu éclaté sur la bande d’arrêts d’urgence.

    Le jeune homme agit, poussé par une grande générosité et une énorme bonté d’âme. Pourtant, cela ne l’a pas sauvé du camion l’ayant fauché alors qu’il réparait la roue de la voiture.

    Comprendre le pouvoir

    Fuyez la malchance

    Les personnes malchanceuses attirent sur elles le malheur et l’adversité, et par effet de domino cela peut se répercuter sur d’autres.

    Préférez vous entourer de personnes qui réussissent et vous aideront constamment à développer des réflexes pour grandir ensemble.

    Loi 11 : Se rendre indispensable

    Afin de conserver complètement votre indépendance, faites en sorte que l’on ne puisse jamais vraiment se passer de vous.

    Au plus les autres compteront sur vous, au plus vous serez libres.

    Formez-les et développez leurs apprentissages autant que possible mais arrangez-vous toujours pour qu’elles ne sachent jamais se passer de vous.

    Vous recherchez peut-être un exemple qui illustre ce caractère indispensable ? Que pensez-vous des objets témoin de l’obsolescence programmée comme nos téléphones portables ?

    Loi 12 : Soyez honnêtes et généreux et connaissez-en les limites

    Développer constamment une droiture irréprochable.

    Faites en sorte de poser des actes sincères et honnêtes de manière constante.

    En agissant de cette manière envers les autres, vous faites baisser la garde de vos ennemis car on parlera constamment de votre honnêteté et de votre générosité.

    Garder néanmoins vos objectifs en tête et développez une honnêteté qui vous servira, ou à défaut, la cuirasse qui vous protégera.

    Sachez tout autant utiliser la manipulation dans les situations qui le demandent.

    Le parfait exemple est celui des Grecs pendant la guerre de Troie lorsqu’ils offrirent un cheval de Troie à leurs ennemis. Ces derniers se sont empressés de le faire entrer dans la cité ce qui les a menés à leur perte.

    Vous avez aimé cet article, retrouvez la suite des lois du pouvoir dans notre prochain article : Les 36 lois du pouvoir selon Robert Greene.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *