POURQUOI LES LEADERS N’UTILISENT PAS LA JUSTIFICATION ?

    Ah la justification ! Il vous est peut-être déjà arrivé de vous rendre à une réunion et de, malheureusement, vous retrouvez dans un embouteillage sur la route ce matin-là vous empêchant alors d’arriver à l’heure.

    En attendant dans les bouchons, vous vous mettez déjà à chercher la justification parfaite pour expliquer votre retard.

    En arrivant avec 10 minutes de retard, vous entrez dans la salle de réunion, voyez que tout le monde est assis et vous regarde.

    Vous êtes totalement confus et vous excusez de votre retard en prenant comme justification le trafic tellement dense du matin qu’il était impossible pour vous d’arriver à l’heure.

    Justification d'un retard

    À combien d’entre nous est-ce déjà arrivé ?

    Utiliser la justification


    Oui, nous nous justifions tous lorsque nous sommes pris en défaut et parfois même pour expliquer une décision que l’on a prise et qui concerne l’équipe que l’on dirige en entreprise.

    Mais en vérité les bons leaders, les bons managers et les dirigeants modèles ne perdent pas de temps en justification.

    Dans cet article, nous vous proposons 7 bonnes raisons de ne jamais utiliser la justification dans vos propos ou pour appuyer vos décisions.

    Mais avant de vous expliquer c’est 7 raisons, penchons-nous sur les travaux d’Ellen Langer, psychologue à Harvard dans les années 1970.

    Les travaux d’Ellen Langer sur la justification

    Ces travaux ont mis en lumière le fait que lorsque l’on demande quelque chose à une personne, celle-ci serait bien plus susceptible de satisfaire votre demande si vous lui donnez une justification précise du pourquoi vous lui demandez de faire cela.

    Il faut se pencher sur les expériences d’Ellen Langer qui concerne l’approbation chez l’individu et ce qui pousse celui-ci à répondre de manière plus favorable à une demande.

    Ellen Langer a réalisé ses expériences autour de la photocopieuse installée sur le campus de l’université et qui, à l’époque, était autant sollicité par le personnel que les étudiants.

    Il y avait constamment une file très importante de personnes attendant pour photocopier et chacun veillait à conserver exactement sa place dans la file d’attente.

    En effet, il n’était pas question que quelqu’un de pressé ou d’impatient double dans la file et prenne leur place.

    Pour ce faire, les étudiants d’Ellen Langer ont testé différentes approches afin de pouvoir réaliser des photocopies beaucoup plus rapidement sur la machine.

    Les résultats sont les suivants :

    Lorsqu’on leur demandait de manière directe, dans 60 % des cas les personnes qui attendaient dans la file laissaient passer la personne.

    Cependant, la psychologue s’est aperçue que si la personne utilisait une justification précise pour motiver sa demande, le taux passait à 95 % de réussite.

    Il est même à noter que la technique fonctionne même si la justification avancée n’est pas valable.

    Par exemple en utilisant les justifications suivantes :

    « parce que je dois faire des photocopies », « mon café va refroidir », « je suis pressé », « je vais être en retard à mon cours », etc.

    Constat sur l’utilisation de la justification


    Il suffisait tout simplement d’ajouter une justification à la démarche ou même d’ajouter un « parce que » pour inciter quelqu’un de la file d’attente à accepter la demande.

    Gardez à l’esprit que l’être humain est constamment disposé à rechercher des causes spécifiques d’un comportement donné.

    Donc, votre interlocuteur sera toujours plus enclin à accéder à votre demande pour autant que vous lui donniez une justification précise à celle-ci.

    De plus, et c’est en cela que cette expérience est assez loufoque, n’importe quel type de justification fera l’affaire.

    Maintenant que nous avons vu dans quel cas précis utiliser la justification auprès de quiconque, penchons-nous sur 7 raisons dans lesquelles il est préjudiciable de ne pas utiliser la justification :

    7 raisons de ne pas utiliser la justification

    1. Perte de clarté dans le message


    Lorsque vous utilisez la justification, vous perdez énormément de clarté par rapport au message réel que vous voulez transmettre.

    Message brouillé


    Reprenons par exemple le fait que vous soyez en retard à une réunion :

    Vous pouvez arriver dans la salle de réunion en vous excusant pour votre retard et en saluant tout le monde brièvement.

    En effet, le fait de rentrer dans la salle perturbe le bon déroulement de ce qui s’y passe et il est donc important que vous ne fassiez pas perdre de temps aux personnes qui y sont.

    Vous agirez donc de la sorte : « Bonjour à tous, veuillez m’excuser pour mon retard ».

    Il n’y a aucune raison de rajouter quoi que ce soit à votre message.

    Cela ferait perdre encore plus de temps à l’ensemble des membres de la réunion qui vous attendent car cela perturberait le déroulement de la séance.

    De plus, vous n’apportez rien à personne en utilisant la justification si ce n’est qu’exprimer votre culpabilité personnelle.


    2. La justification marque votre hésitation


    En tant que leader, dirigeant ou encore manager de collaborateurs en entreprise, il est important de savoir qu’utiliser la justification démontre votre hésitation.

    Les vrais leaders prennent des décisions en sachant exactement ce qu’il faut faire pour l’entreprise.

    Si vous donnez une justification, au plus elle sera long, au moins ceux qui travaillent avec vous auront confiance en vous et en la décision prise.

    Lorsque vous prenez une décision, soyez aussi clair que possible et n’embrouillez pas les esprits de vos collaborateurs avec des justifications.

    Vous marquerez, en agissant de la sorte, un profond manque d’assurance en vous.


    3. La justification crée des malentendus

    Au plus vous chercherez à utiliser des justifications pour soutenir un argument ou des décisions, au plus vous prendrez le risque de malentendus.

    Prenons un exemple précis :

    Vous êtes occupé de travailler en entreprise et un de vos collègues vous propose de boire un verre le vendredi soir avec d’autres membres du personnel.

    Vous n’avez pas du tout envie d’y aller et vous lui répondez que vous ne venez pas car vous devez absolument récupérer vos enfants après l’école (ce qui n’est pas vrai car le vendredi c’est toujours votre conjoint qui les reprend).

    En répondant de la sorte à un collègue vous créez une justification qui suscite un malentendu important :

    En effet, ce message sous-entend que vous voudriez vraiment participer et passer du bon temps avec vos collègues mais que vous ne pouvez pas.

    Alors qu’en réalité, vous ne voulez tout simplement pas.

    Le message que comprendra votre interlocuteur est très différent car en agissant de la sorte vous inspirez la pitié et la compassion.

    La réalité est que vous ne souhaitez pas passer plus de temps avec vos collègues cette semaine.

    Vous aurez remarqué que nous ne parlons pas du mensonge que vous-même utiliseriez mais de celui dont beaucoup se servent. Nous aurons l’occasion d’y revenir plus loin dans l’article.

    La réalité c’est que vous n’avez pas assez confiance en vous pour vous affirmer et refuser une invitation à boire un verre avec vos collègues par le simple fait que vous n’en avez pas envie.

    Cela vous renvoie finalement à vos croyances personnelles sur le fait de penser que ne pas vouloir quelque chose n’est pas suffisant pour pouvoir le refuser.

    4. La justification offre des arguments à votre interlocuteur

    Au plus vous utiliserez des justifications dans votre échange avec une personne, au plus elle pourra se baser sur ceux-ci afin de contrecarrer votre décision initiale et même vous manipuler.

    Si l’on reprend l’exemple que nous citions plus haut, la personne pourrait vous répondre qu’elle est justement venue vous voir car elle était persuadée que c’était votre conjoint qui reprenait les enfants le vendredi soir.

    Dans ce cas de figure, vous avez créé vous-même un malentendu en offrant des arguments à votre interlocuteur qui finissent par se retourner contre vous.

    La justification suivi d’arguments crée donc de forts risques de malentendus et de manipulation de la part de votre ou vos interlocuteur(s).

    De plus, vous êtes le principal auteur et investigateur de ce malentendu.


    5. La justification entraine la flagellation


    Nous ne sommes pas ici occupés de vous expliquer que vous allez être flagellés ou même battus à mort parce que vous utilisez la justification !

    Non, par contre en utilisant la justification vous créez vous-même toute l’argumentation et la mise en place d’actions qui peuvent se retourner contre vous de manière très forte.

    Prenons un exemple que tout le monde comprendra :

    Il s’agit d’un automobiliste arrêté par un agent de police.

    Celui-ci lui signale qu’il roule à plus de 100 km/h sur une route limitée à 70 km/h.

    Et ce dernier s’empressera de lui répondre qu’il ne savait pas qu’il ne pouvait pas rouler si vite à cet endroit car il n’a vu absolument aucun panneau étant donné qu’il regardait son téléphone.

    Cet exemple peut certainement faire rire et pourtant il illustre très bien le fait que la justification peut se retourner en flagellation.

    Si nous transposons cela en entreprise, cela peut être un manager présent à une réunion à qui on demande son avis. Il n’a même pas compris la question ni le sujet sur lequel on lui demande d’intervenir. Il répondait à sa compagne sur son téléphone.

    Situation classique!


    6. La justification dévie sur le mensonge

    Nous en parlions dans un exemple précédent et il s’agit pourtant d’une réalité concrète : nous utilisons des justifications à tort et à travers. Quand nous manquons de justifications « valables », nous les imaginons de toutes pièces en inventant des mensonges.

    La problématique de faire utilisation de telle justification c’est qu’un mensonge finit la plupart du temps par se retourner contre vous.

    Tout d’abord, personnellement, vous vous sentirez mal à l’aise à chaque fois que ce sujet sera abordé.

    Ensuite, il y a le risque que le mensonge soit éventé et dans ce cas vous passerez véritablement pour un menteur.

    Votre crédibilité sera donc fortement mise à l’épreuve ainsi que la confiance développée auprès des personnes qui vous sont importantes tant dans l’entreprise que dans votre vie personnelle.

    Notre conseil : si vous devez faire usage de justification, n’utilisez jamais le mensonge.


    7. La justification entraîne la manipulation

    En utilisant la justification, vous prenez le risque d’être manipulé par des personnes non bienveillantes.

    En effet, une personne manipulatrice verra que vous avez utilisé une justification qui vous met mal à l’aise et l’utilisera contre vous.

    C’est ainsi que ces manipulateurs utiliseront vos propres arguments de justification pour vous faire culpabiliser dès qu’elles en auront la possibilité.

    Nos conseils pour les leaders avertis

    1. Soyez francs


    Les bons leaders sont francs et n’ont pas peur de leur décision.

    Ne fournissez jamais d’arguments à une justification car vous prenez bien trop de risque pour ce qu’elle est réellement.


    2. Utiliser le « je ne veux pas ».

    L’utilisation de ces quatre mots est beaucoup plus bienveillante à votre égard.

    Ces quatre mots vous feront d’autant plus respecter de vos collaborateurs et collègues plutôt que de passer votre temps à vous justifier.

    C’est tout à fait suffisant et cela ne demande aucune justification.


    3. Utiliser votre posture


    Les personnes sûres d’elles sont ancrées sur leurs jambes et se tiennent droites. Elles donnent leur propos et arguments de manière fluide et claire.

    Le langage non verbal comporte 80 % de l’information que vous souhaitez transmettre à votre interlocuteur. Il ne reste donc plus que 20 % de verbal.

    Vous avez des hésitations ou des doutes concernant votre capacité à prendre des décisions sans hésiter ?

    La solution est d’utiliser votre non verbal car il vous rendra plus sûr de vous et vos paroles viendront alors beaucoup plus spontanément.

    Votre attitude corporelle soutiendra vos paroles.

    4. La justification et le manque d’affirmation de soi


    Nous prenons quelques lignes afin d’aborder le véritable problème qui se cache derrière la justification : le manque d’affirmation de soi.

    L’idée de s’affirmer complètement et de ne pas se justifier lorsqu’elles ont des décisions à prendre en entreprise tétanisent de nombreuses personnes.

    C’est car, en réalité, ces personnes ont une croyance très forte : elles pensent ne pas avoir le droit d’être le seul juge de leur comportement, de leurs pensées et même de leurs émotions.

    De plus, un nombre important de personnes sont mentalement convaincues que ce n’est pas le cas. Elles pensent qu’elles ne sont pas atteintes par ces croyances sur leur comportement, leurs pensées et leurs émotions.

    Croyances

    Pourtant si elles analysent leurs propres comportements, elles se rendront compte qu’elles agissent exactement de cette manière.

    On ajoutera à cela que le fait de travailler cette croyance entraîne un travail important sur une dizaine d’autres croyances tangibles qui influencent l’affirmation de soi.

    Vous vous sentez véritablement concerné par la justification et le manque d’affirmation de soi au sein de votre entreprise ?

    Prenez contact avec nos coach en entreprise.

    Ils se feront un plaisir de vous aider à transformer ses croyances limitatives en croyances portantes!

    Prenez contact avec nous ici.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *