EXPLORER LES COULISSES DU DÉVELOPPEMENT DE LA COLÈRE

    Vous avez des difficultés à comprendre le développement de la colère ? ou même d’écouter la vie des autres ?

    Vous ne savez pas céder sur un point important dans une discussion ?

    Pour vous, faire des compromis, c’est perdre la face ?

    Si vous avez grandi dans une famille où la colère était très présente, il y a de grandes chances pour que vous connaissiez parmi celle-ci une personne qui obtenait tout ce qu’elle voulait avec des crises de colère soit en parlant et criant très fort soit en ayant des gestes de violence.

    De ce fait, réaliser un compromis dans ce cas de figure est un sentiment de vulnérabilité et d’échec.

    Vous avez des difficultés à exprimer d’autres émotions que la colère ?

    Les opinions des autres personnes sont perçues de votre point de vue comme une agression.

    Pour vous, vous considérez que vous avez toujours raison et vous avez de grosses difficultés à envisager qu’une autre personne puisse avoir un avis différent du vôtre.

    En fait, vous avez surtout un besoin de contrôle sur les choses et vous cachez une fragilité personnelle.

    Comprendre le développement de la colère

    Ressentir de la colère

    De ce fait, une personne qui présente un autre avis que le vôtre provoquera en vous une instabilité et une vulnérabilité.

    Cela remet en question votre autorité et vous n’avez comme seule réponse que le développement de la colère.

    En fait, la colère traduit plus principalement le fait que les personnes ne sont pas à l’aise avec les émotions de manière générale.

    En effet, la colère et son mode de réponse renvoient constamment à des émotions telles qu’elles soient.

    La prise de conscience de ses émotions est une véritable rencontre avec soi-même et demande d’être en accord avec les valeurs que l’on défend.

    Dans ce cas de figure, il est recommandé à ces personnes de s’ouvrir et de composer avec la panoplie des émotions humaines afin de se socialiser et d’augmenter leur clarté.

    Prendre conscience de ses émotions est un travail de tous les jours est un entraînement perpétuel.

    Les déclencheurs dans le développement de la colère

    On est rarement en colère pour les raisons que l’on identifie au premier abord.

    On est souvent en colère lorsque l’on n’a pas ce que l’on souhaite.

    La colère se développe lorsque l’on voit chez une autre personne quelque chose que l’on ne supporte pas chez nous.

    La colère éclate plus facilement lorsque l’on est stressé, fatigué, qu’on a faim ou même soif.

    On se met plus facilement dans une situation de colère lorsque l’on se trouve plongé dans une situation qui présente les mêmes caractéristiques passées et pour laquelle on avait développé de la colère.

    Comprendre les signaux précurseurs du développement de la colère

    Combien êtes-vous à exploser de colère sans que vous ayez pourtant pu voir arriver tous les signes évidents ?

    Il existe toute une série de signaux à la fois physiques mais aussi mentaux et verbaux qui permettent d’anticiper une crise de colère pour mieux la maîtriser.

    En effet, plus vous êtes en colère, plus votre organisme sera en activation.

    Les signaux physiques :

    • Une augmentation de votre respiration
    • Des maux de tête
    • Un besoin de s’aérer, de marcher ou de courir
    • Des difficultés de concentration
    • Le fait de voir rouge
    • Une augmentation de la pression sanguine
    • Des tensions de plus en plus fortes dans les épaules
    • Une sensation de moiteur des mains ou de chaleur du corps
    • Une crispation de la mâchoire
    • Un nœud dans l’estomac
    • Les jambes qui tremblent

    Les signaux verbaux et les modes de pensées :

    Certains sont encore à penser que ce sont uniquement les autres qui déclenchent leur colère ou bien même une situation frustrante dans laquelle il se trouve.

    Vous avez raison et pourtant c’est toujours vous qui choisissez de développer de la colère ou pas.

    En effet, c’est la manière dont vous allez comprendre la colère et interpréter ce qui vous arrive pour gérer la crise qui vous permettra de développer une maîtrise personnelle de plus en plus forte.

    Cela dépend finalement de votre seule et unique interprétation :

    L’utilisation récurrente de mots

    Comme « il doit », « il faut » exprime une vision restreinte des choses qui sont susceptibles de déclencher plus rapidement votre colère.

    L’utilisation de généralisation

    Avec des mots comme « toujours », « jamais », « personne », etc. On les retrouvera dans des phrases comme : « Personne ne m’écoute », « Il n’y a jamais personne pour m’aider », « Je suis toujours seul », « On ne m’écoute jamais ».

    C’est aussi un mode de pensée qui vous amène constamment à conclure les choses de manière directe.

    Exemple : « Non, je sais exactement ce qu’il pense ! », « Je ne suppose pas, j’en suis sûre ».

    Cela sous-entend constamment que les autres ont des intentions malveillantes à votre égard. Ils ne respectent pas vos besoins et ils vous manquent de respect ce qui est susceptible d’activer votre colère. De nouveau, il ne s’agit que de votre interprétation des choses et pas de ce que les autres veulent réellement exprimer à votre égard.

    Augmenter et amplifier les frustrations.

    Nous nous focalisons constamment sur ce qui ne va pas ou ce qui nous dérange alors nous activons par là à notre insu et de manière constante des souvenirs similaires que nous avons vécu dans le passé.

    De cette manière nous revivons les émotions et nous établissons une relation émotionnelle entre des événements pourtant complètement distants.

    C’est ainsi que vous n’êtes pas du tout ouvert d’esprit et que vous vous braquez sur des comportements anodins de personnes.

    Les interpréter comme des manques systématiques de respect, cela revient à alimenter votre colère à leur égard.

    Quand vous y regarder de plus près, il s’agit pourtant de choses bénignes mais auxquelles vous donnez une importance disproportionnée.

    Chercher constamment un bouc émissaire.

    C’est certainement un des signes les plus flagrant des personnes se mettant aisément en colère.

    Elles cherchent constamment une personne sur qui reporter toute la misère du monde.

    Ça ne peut pas être de leur faute. Vous êtes directement à la recherche d’une personne qui expliquera tous vos déboires et vos échecs.

    Comprendre le développement de la colère

    Trouver un bouc émissaire

    Vous donnez donc la responsabilité de votre vie à une autre personne mais cela cache surtout une méconnaissance de vous-même.

    Cela démontre surtout que vous n’êtes pas du tout dans le contrôle de votre vie et que vous imaginez que ce sont les autres qui influencent tout dans votre manière de vivre les choses.

    Ne le cherchez pas trop loin, le seul créateur de votre colère, c’est vous.

    « Celui qui dirige les autres est peut-être puissant, mais celui qui se maîtrise lui-même a encore plus de pouvoir. »

    Lao-Tseu

    Cinq règles à mettre en place pour gérer votre colère

    Règle numéro 1 dans le développement de la colère : éviter les gens, les endroits et les situations qui vous mettent en colère.

    Il est certain que les événements que vous vivez peuvent susciter la colère.

    Cependant éviter les personnes, les lieux ou les situations qui vous affectent et vous entraînent sur des crises de colère est une première manière de gérer votre colère.

    Observer dans votre vie quotidienne si vous pouvez identifier clairement ces moments de la journée, ces personnes, ces endroits ou les situations qui vous poussent à des crises d’impulsivité aboutissant à une profonde colère.

    Il peut s’agir peut-être d’un endroit où vous avez l’habitude d’aller lorsque vous allez boire un verre avec des amis.

    Peut-être, ces bouchons sur la route du travail qui commencent vraiment à vous rendre dingue.

    Encore, ce chat qui vient miauler sous votre fenêtre tous les jours.

    Commencez dès aujourd’hui à mettre en place des résolutions à ces problèmes qui diminueront indéniablement vos crises de colère car il y aura moins de source pour les développer.

    Par contre, il est possible que cela ne change absolument rien et que les actions entreprises n’auront pas de répercussions directes.

    Il est peut-être temps de voir la situation d’une manière différente. Apprendre à vous contrôler pour éviter de bouillir et d’exploser en crise de colère.

    Règle numéro 2 dans le développement de la colère : posez-vous et observez.

    Identifier précisément toutes les circonstances qui décuplent votre impulsivité. Est-ce qu’il y a des situations se ressemblant fortement ?

    Est-ce que cela se reproduit de manière continuelle en famille, au travail, avec vos amis ou plutôt lorsque vous êtes seul ?

    Définiriez-vous cela comme de la colère, du stress, de l’excitation ou encore de la peur ?

    Prenez du recul par rapport à ce que vous vivez tous les jours.

    Il y a forcément des choses sur lesquelles vous avez un impact direct et que vous pouvez changer, et d’autres sur lesquels il vous sera très difficile d’avoir un impact et que vous ne pourrez pas changer.

    Pour les premières, passer à l’action tout de suite sans attendre. Il en va de votre qualité de vie.

    Comprendre le développement de la colère

    Prendre du recul et observer les choses différemment

    Pour les secondes, faites en sorte de les éviter au maximum et de comprendre comment, personnellement, cela provoque chez vous une crise de colère.

    Identifiez les différentes émotions et ressentis afin de pouvoir les gérer quand ils se présentent à vous.

    Règle numéro 3 dans le développement de la colère : Apprenez à vous apaiser et à vous relaxer.

    A certains moments vous reconnaîtrez les symptômes grandissant de la colère en vous.

    Vous avez donc tout le loisir d’agir rapidement et de gérer la crise qui se profile avant qu’elle ne vous mette hors de contrôle.

    Concentrez vous sur les sensations physiques de la colère.

    De cette manière, vous poserez votre attention sur ce que vous ressentez au niveau corporel et vous aurez la capacité d’agir directement dessus pour en diminuer l’intensité.

    Pratiquez des respirations profondes

    Si votre impulsivité se développe, votre respiration aura tendance à devenir saccadée et beaucoup moins profonde. Forcez-vous à respirer lentement et profondément. Gonfler le ventre au maximum et relâchez à l’expiration le maximum d’air. Réalisez cet exercice 10 fois d’affilée pour établir une sérénité intérieure.

    Faites du sport

    Réaliser une marche rapide ou aller courir lorsque l’on sent une montée de colère est la meilleure chose que l’on puisse faire. Vous aurez plusieurs avantages à faire du sport alors que vous sentez votre impulsivité se déployer. Non seulement, vous focaliserez votre esprit sur autre chose que sur la colère, vous augmenterez votre taux d’endorphine qui vous calmera naturellement et vous permettra de rentrer de la séance avec un esprit clair. Enfin cela permettra également à votre corps de ressentir une fatigue due à l’activation physiologique. Vous aurez certainement produit de l’adrénaline qui est un excitant naturel de l’organisme. Prolongez l’effort jusqu’à vous sentir fatigué. Cela n’arrivera pas sur un effort court.

    Réaliser des étirements

    Le fait de vous sentir stressé, augmente également votre stress personnel alors que tout votre corps se contracte. Déployez les bras et faites des tours vers l’arrière. Permettez à votre cage thoracique de se sentir bien ouverte. Massez les zones de tensions qui sont peut-être très dures comme les épaules, la nuque ou encore les muscles du dos.

    Utiliser vos cinq sens

    Profitez du pouvoir relaxant que confère l’utilisation de vos cinq sens. Vous pouvez notamment utiliser le goût, le toucher, l’odorat, l’ouïe ou la vue. Ce qui peut très bien vous calmer et vous relaxer est d’écouter de la musique relaxante ou inspirante.

    Réaliser une visualisation

    A partir de situations que vous avez identifiées et qui génèrent facilement des crises de colère, lancez-vous le défi de passer directement à l’action lorsque vous sentez une crise de colère se profiler à l’horizon. Faites-vous la promesse de le faire dès que vous vous trouverez dans la situation.Pour cela, réaliser une visualisation claire de la manière dont vous allez procéder et ce que vous allez en retirer au terme du passage de la crise de colère.

    Compter lentement jusque 21

    Concentrez votre attention complète sur le fait de réaliser un comptage jusque 21. Réaliser cela autant de fois que nécessaire pour sentir votre colère diminuer.

    Règle numéro 4 dans le développement de la colère : Relativiser.

    S’il arrive que votre frustration augmente et vous mène à une crise de colère, il est important que vous réfléchissiez à certains points :

    • Est-ce que cela vaut vraiment la peine que je me mette en colère ?
    • Est-ce que la réponse que je veux donner à cette situation est appropriée ?
    • Dois-je vraiment ruiner ma journée en me mettant en colère ?
    • Qu’est-ce que je peux faire pour ne pas me mettre en colère ?
    • Quelles sont les pistes de résolutions que je peux mettre en place pour me développer personnellement et éviter une crise de colère ?

    Règle numéro 5 dans le développement de la colère : développez votre empathie.

    Développez votre écoute active de la personne qui se trouve face à vous. Avant de répondre directement à votre interlocuteur, préparez votre réponse et avancez des arguments de manière sereine.

    Interprétez les intentions que la personne a derrière les mots qu’elle vous transmet.

    Soyez dans les mots, la compréhension et donnez de l’importance à la préservation de la relation.

    Nous vous conseillons de lire l’article sur : « Comment développer son empathie » du site grandir et réussir qui vous permettra d’en apprendre plus longuement sur cette thématique.

    Vous avez aimé cet article et souhaitez être coacher en tant que leader pour le développement et la gestion de votre impulsivité ?

    Faites appel à nos coachs de leader en cliquant ici.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *